Pèlerinage de Lourdes - Messe à la Grotte le 24 août 2017 | Diocèse de Troyes

Pèlerinage de Lourdes - Messe à la Grotte le 24 août 2017

 

Introduction

Le Cantique du Magnificat que nous venons de chanter au commencement de l’Eucharistie dit toute l’espérance de Marie en ce Dieu qui aime, qui relève et qui sauve. C’est son espérance que Marie veut nous communiquer pendant que nous sommes à Lourdes. L’Eucharistie est le haut lieu de cette espérance, source jaillissante d’eau vive pour nous.

En reconnaissant que nous sommes pécheurs, laissons-nous guérir et sauver par le Christ.

 

Homélie                            Jn 1, 45-51 

Nathanaël, celui qui sera l’apôtre Barthélemy que nous fêtons aujourd’hui, est une figure intéressante pour comprendre les méandres de notre expérience chrétienne. Comme tous les Juifs pieux, il cherche le Messie qui a été annoncé par Moïse et les prophètes. Voilà que son ami Philippe lui annonce : « Celui dont parlent la loi de Moïse et les Prophètes nous l’avons trouvé : c’est Jésus, fils de Joseph de Nazareth ». Nathanaël est un chercheur de Dieu, c’est un homme de foi, mais c’est aussi quelqu’un qui réfléchit sur ce qu’il croit. Il ne veut pas courir au-devant du premier beau parleur venu. Il se méfie d’autant plus que ce beau parleur vient de Nazareth, un patelin de rien.

Comme nous le voyons, il est rempli de préjugés, mais il va être bouleversé par sa rencontre avec Jésus, par la manière dont celui-ci le connait lui, Nathanaël, la manière dont il prend au sérieux sa quête de Dieu, sa franchise et ses doutes. Et à partir de là, il va reconnaître ce Jésus comme le Fils de Dieu et le suivre sur son chemin de vérité et d’exigences. Il va découvrir que Jésus est bien plus et bien autre que ce que lui croyait et il se laissera remplir par sa Parole et sa vie.

Cette expérience c’est aussi celle que nous sommes appelés à faire et nous pouvons la faire ici à Lourdes. Tout chrétien est appelé à rencontrer le Christ dans une rencontre personnelle à aller au-delà de ce que nous imaginons de lui, parce que souvent nous nous faisons des idées sur la manière dont il est, à découvrir son vrai visage qui est le visage de Dieu. Cette expérience c’est celle que nous pouvons faire à travers la Vierge Marie. Elle a été la première à voir sa vie bousculée par la rencontre de Celui qui est venu réconcilier l’homme avec Dieu. Mais ce qui compte en Marie, ce n’est pas seulement son expérience en tant que telle, mais elle s’est mise aussi au service de ce Dieu qui agit pour les hommes. Elle a voulu nous parler de lui, de son amour pour les plus petits. Lorsqu’elle chante son Magnificat, ce n’est pas elle qu’elle veut mettre en valeur, mais lui le Dieu d’amour qui accomplit des merveilles pour tout homme. Dans ce passage d’Evangile, on peut dire que ce n’est pas Philippe qui a convaincu Nathanaël, c’est Jésus qui a touché son cœur. La meilleure évangélisation ne consiste donc pas à convaincre, mais à témoigner de notre propre rencontre avec le Christ pour inciter les personnes à le chercher, témoigner ne voulant pas dire imposer comme une évidence, mais proposer humblement.

C’est le sens du Magnificat, du thème de Lourdes pour nous. « Le Seigneur fit pour moi des merveilles ». Nous ne sommes pas simplement conviés à admirer Marie, à admirer ce que Dieu a fait en elle, mais à découvrir ce qu’il fait en nous. Et son témoignage de croyante est la porte qui nous ouvre le chemin du Christ. , don de Dieu pour chacun de nous, qui nous incitet à prendre la mesure de sa présence et de son amour en nous et dans nos frères.

Nous sommes souvent comme Nathanaël, pleins de questions et de doutes. Lui c’était parce qu’il réfléchissait sur ce qu’avaient annoncé les prophètes. Mais cela peut être aussi parce que nous traversons des épreuves lourdes qui nous font penser que si Dieu était là il ne laisserait pas faire.

Marie, la Vierge du Magnificat, a compris qu’il est là et qu’il ne cesse d’accomplir ses merveilles pour nous. Nous sommes à Lourdes pour le découvrir. Nathanaël a eu Philippe pour lui faire rencontrer le Christ et lui faire expérimenter cette rencontre personnelle avec lui qui a transformé sa vie, une rencontre qui l’a touché au plus profond du cœur, qui l’a entraîné à aller plus loin, à devenir l’apôtre Barthélemy, donnant sa vie pour faire connaître à d’autres cette Bonne Nouvelle d’un Dieu qui aime et qui sauve. A Lourdes, nous avons à chaque pas le témoignage de la Vierge Marie qui à travers les mystères joyeux, douloureux, glorieux, lumineux auxquels elle a été associée atteste la présence constante du Dieu de Jésus Christ à tout moment, et nous invite à ne pas mettre d’obstacle entre lui et nous, mais au contraire à nous rendre accueillants à sa Parole et aux signes qui nous sont donnés de son amour par tant de gestes, tant de paroles qui nous sont offerts comme autant de cadeaux de Dieu. La meilleure façon de vivre le pèlerinage de Lourdes, c’est de nous considérer en même temps comme des accueillis non seulement par la Vierge Marie et par Bernadette, mais aussi par tous ceux qui nous entourent, et comme des accueillants pour nos frères qui ont besoin de savoir Dieu à leurs côtés.

+ Marc Stenger
Evêque de Troyes

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires