Comprendre les nominations (Revue Eglise dans l'Aube de juillet/août 2017) | Diocèse de Troyes

Comprendre les nominations (Revue Eglise dans l'Aube de juillet/août 2017)

Dans le numéro d’Eglise dans l’Aube de juillet il y a, traditionnellement, la liste des nominations prenant effet à la rentrée pastorale de septembre.

L’intérêt de cette liste n’est pas simplement de donner une information sur ceux qui partent, sur ceux qui arrivent et ceux qui changent ou de nourrir l’imaginaire de ceux qui vont accueillir un nouveau pasteur. Elle est un signe ecclésial qui mérite notre attention.

 Une Eglise sans frontières

 Dans la liste publiée par la revue, on relève d’abord ceux qui nous quittent après quelques années dans l’Aube pour retourner chez eux et ceux qui arrivent venant d’autres terres. Ces va et vient illustrent bien ce qu’est aujourd’hui notre Eglise diocésaine, une grande famille sans frontières où on donne et où on reçoit, où on accueille avec bonheur d’autres cultures, d’autres expériences ecclésiales.

Sommes-nous conscients de cette richesse ? Notre perspective n’est pas de recruter du « personnel » ailleurs pour pallier les manques de chez nous. Nous accueillons des hommes et des femmes porteurs du Christ et qui viennent le partager avec nous. Quelle chance et quel bonheur !

Des communautés en attente

Ce qui vient ensuite dans ces pages de nominations ce n’est pas un catalogue. C’est la déclinaison des richesses et des besoins de nos communautés, richesses et besoins que ceux qui sont nommés auront à accompagner au nom de l’Eglise. Accompagner c’est voir, c’est reconnaître, c’est encourager, c’est soutenir tout ce qui fait la vie d’une communauté, d’un mouvement, d’un service. Sans désobliger ceux qui sont nommés, j’aimerais presque dire que dans cette liste ce ne sont pas les noms des nouveaux responsables, des nouveaux pasteurs qui comptent le plus, mais le nom des groupes ecclésiaux auxquels ils sont envoyés. C’est la richesse de vie d’Eglise de toutes ces réalités qui est en jeu. Car c’est au service des hommes et des femmes qui les constituent que viennent se mettre ceux qui sont nommés.

Bien sûr, de nombreuses questions se posent aujourd’hui. Nous savons bien que les forces se réduisent. Mais lire dans « Eglise dans l’Aube » que tel prêtre va rejoindre telle communauté, c’est surtout se sentir invité à s’engager avec lui pour que vive cette communauté.

Chacun est nommé pour la mission

Ce ne sont donc pas des données statistiques ni administratives qu’il faut lire dans cette liste, mais une interpellation missionnaire. Elle est fondamentalement un appel à engagement pour nous tous au bénéfice de la vie de l’Eglise.

A mes yeux, elle comporte un double message :

• celui de la disponibilité de ceux qui ont dit oui à l’appel de l’évêque. L’Eglise continuera à vivre de ce « oui » en écho au « oui » des disciples qui ont répondu positivement à l’appel de Jésus à le suivre pour partager la mission avec lui.

• un message d’espérance. L’Esprit habite notre Eglise et lui inspire les moyens de la faire une, sainte, catholique et apostolique. Puissions-nous avoir conscience que nous faisons partie de ces moyens et que même si notre nom ne figure pas dans « Eglise dans l’Aube », elle a besoin de notre générosité pour remplir sa mission.

+ Marc Stenger
Evèque de Troyes


Cet article est extrait de la revue "Eglise dans l’Aube" n° 7/8 de juillet/août 2017
Rédaction & Administration : "La revue Catholique" 10 rue de l’Isle 10000 Troyes  - tel 03 25 71 68 04 Écrire  
parution mensuelle -  Abonnement 28 €

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires