Echos du « projet pastoral » : quelques lignes sur ce qui se passe dans l’ensemble paroissial de Saint-Julien-les Villas | Diocèse de Troyes

Echos du « projet pastoral » : quelques lignes sur ce qui se passe dans l’ensemble paroissial de Saint-Julien-les Villas

Tout commence lors de la messe de rentrée : engagés dans l’Eglise ou simples fidèles, jeunes ou moins jeunes, tous sont appelés à participer à une rencontre programmée un dimanche matin de décembre. La raison : notre évêque nous invite à entrer dans une dynamique de projet, avec pour objectif d’en élaborer un pour notre ensemble paroissial, un projet simple à mettre en oeuvre, pour vivre l’Eglise au quotidien Quelques uns (pour la majorité des membres de l’Equipe pastorale) iront aux séances de formation, le plus grand nombre est convié à cette matinée pour porter un regard sur les réalités de notre territoire paroisssial et les activités pastorales, travail préparatoire à l’élaboration du projet. Planifier une réunion un dimanche matin de 8h30 à 10h30 est une gageure : mais le souhait est de ne pas ajouter une « réunion du soir » de plus pour ceux qui en sont déjà bien chargés, et la messe dominicale célébrée à l’issue pourra être le vrai départ de ce projet . La première séance de formation a lieu le 8 novembre avec les autres paroisses de l’espace Troyes Sud, puis le planning de la rencontre est établi minutieusement, en suivant la grille proposée lors de la formation, au cours d’une réunion d’équipe pastorale et le dimanche 9 décembre arrive… Et bien, c’est à l’heure, et à une bonne trentaine, que nous nous retrouvons, venus de toutes les communes de notre ensemble ! Après la prière et l’accueil d’ Alain, notre prëtre modérateur, nous nous répartissons en 3 groupes pour étudier géographie, infrastructures et économie de notre territoire . Ce regard permet de constater ou de confirmer que le découpage de notre ensemble paroissial rassemble des communes aux réalités très différentes et ne correspond pas à l’intercommunalité : Ville et campagne , communes adhérentes à la CAT ou pas - avec les conséquences sur les services (notamment les transports en commun) qui y sont liées - , carte scolaire hétérogène , coupure physique par la voie ferrée et la RN 71 excentrant certains quartiers qui ont plutôt tendance à se rattacher à Troyes , population vieillissante dans certains quartiers et nouveaux lotissements habités principalement par des jeunes ménages, « zones d’ombre », villages qui s’agrandissent et tendent à devenir des villages-dortoirs , pas de grand pôle d’activité économique - à part la création du parc logistique de Buchères… Ces constats font l’objet d’une première rapide mise en commun, puis les groupes se reforment, cette fois-ci pour porter le regard sur notre environnement ecclesial Notre communauté , même si tout ne va pas bien, « survit » ; les services y sont pour la plupart assurés ; il reste qu’un manque de moyens humains se fait sentir , il y a peu ou pas de renouvellement . Beaucoup de personnes s’installent sur le territoire de l’ensemble paroissial, mais on ne voit pas arriver de nouveaux paroissiens. Quelle est notre visibilité ? Que fait-on pour aller vers les autres ? Quelle information pour ceux qui ne fréquentent pas la communauté paroissiale ? Trois domaines, vers lesquels pourrait se diriger notre réflexion se dégagent : -*L’accueil : Vers les nouveaux arrivants : avons-nous le dynamisme pour aller vers les gens qui viennent de s’installer ? Comment rejoindre les gens dans leurs questions ? Quel intérêt porte-t-on à la vie des gens autour de nous : parents du caté, personnes âgées, toutes les personnes qui demandent un service ponctuel -*La communication, la proximité : A l’intérieur : l’équipe pastorale informe-t-elle suffisamment de son travail ? met-on des visages sur les différentes personnes engagées dans les services paroissiaux ? Manque de relais dans les quartiers. Et pour ceux qui ne fréquentent pas la paroisse : quelles informations reçoivent-ils ? comment faire pour qu’il y ait d’autres lieux d’échanges que la messe, quelles relations avec les paroisses voisines, la municipalité ? -*La communauté paroissiale : Eglise est souvent synonyme d’ ennui La convivialité est freinée par l’individualisme : trouver des « trucs » pour se connaître Proposer d’autres temps spirituels que la messe, notamment pour les jeunes Sortir de l’Eglise « bâtiment » Avoir le souci de l’appel, en permanence et non pas seulement pour cibler un besoin Comment mieux intégrer les jeunes Une dernière mise en commun rassemble les travaux des groupes et nous nous dirigeons vers le lieu de la célébration dominicale Deux heures, c’est court, mais le travail a été fructueux et ne demande qu’à être poursuivi : c’est le souhait des participants de cette première matinée. Se mettre en marche ensemble pour se donner des objectifs pour mieux annoncer l’Evangile, la communauté a pris un bon départ ! Claire Astier ----
Echo des espaces pastoraux - des services et des mouvements [---►->art 2086] Retour ...Appelés et Envoyés[---►->art 2071]
----

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires