Pâques : en méditant une oeuvre d'art | Diocèse de Troyes

Pâques : en méditant une oeuvre d'art

Il s’agit du retable de l’église des Noës-près-Troyes. Tout retable est placé sur l’autel ; celui-ci veut donc aider le célébrant et la communauté priante à entrer dans le mystère de l’Eucharistie en le resituant, en face, au cœur de ce qui fait la Foi chrétienne : le mystère pascal. Nous y voyons trois scènes classiques dans ce genre de retable : le portement de croix, la crucifixion et la résurrection.... Regardons, d’abord, la crucifixion. Comme dans beaucoup de représentations de crucifixions, la croix du Christ est située sur une colline. N’oublions pas que Jérusalem est à environ 800 mètres d’altitude mais que, surtout, l’Evangile de Luc, par exemple, est construit comme une montée vers Jérusalem, vers le lieu du conflit ultime, du procès, de la condamnation, de l’exécution. La croix est élevée sur la colline. Sur les hauteurs de l’histoire. Le Christ est élevé dans le dépouillement absolu. Il fallait bien qu’il soit élevé, visiblement, à la face du monde, afin d’attirer à lui tous les espoirs des suppliciés de la vie. Il fallait bien qu’il soit visible de partout pour que les crucifiés sachent vers Qui faire monter leurs cris de supplications. C’est le rôle du veilleur d’être visible. La croix est le signe de la veille de Dieu dressée au cœur de toutes les nuits et de toutes les horreurs, comme une lumière signalant la présence fidèle du Père des Vivants auprès de ceux qui sont dans les ténèbres… comme une parole dans le silence …comme un cri dans l’absence. Regardons ensuite la scène de la Résurrection. Voici qu’au matin, à l’aurore, à l’instant où la lumière perce l’obscurité, les sens sont inversés, les normes sont bousculées, la mort est piégée ! Bien sûr, pour entrer dans ce message, il va falloir du temps, ce temps qui est tellement essentiel pour toute démarche spirituelle. Si nous sommes les hommes de la terre et de l’espace, nous sommes aussi les hommes du temps … Car il faut du temps pour passer à la vie, pour passer à la foi pour passer des ténèbres à la lumière. Car il y aura Résurrection ! Il y a résurrection chaque fois qu’une perte entraîne un gain, chaque fois qu’un vide ouvre à une plénitude, chaque fois que le silence mûrit en nous une parole vive, chaque fois qu’un départ achemine à une vraie rencontre, chaque fois que le dénuement conduit à une vérité nue, chaque fois que la déprime conduit à une vie plus équilibrée, chaque fois que l’injustice conduit au pardon. C’est la vie avec ses heurts et ses malheurs, mais aussi avec tous ces petits passages à la lumière qui éclaire, ravive réchauffe les évangiles de la Résurrection. C’est dans le regard de tous les petits et grands “ressuscitants” de notre entourage que brille la lumière de Pâques. Père Dominique Roy ------ Cet article est extrait de la revue "Eglise dans l’Aube". Rédaction & Administration : "La revue Catholique" 10 rue de l’Isle 10000 Troyes tel 03 25 71 68 04 mail : revuediocese@catholique-troyes.cef.fr parution mensuelle Abonnement 25 €

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires