Camp-chantier en Algérie - août 2009 | Diocèse de Troyes

Camp-chantier en Algérie - août 2009

Oran Nous commençons notre aventure par huit jours de chantier de travail avec une association oranaise. Nous travaillons avec trente jeunes, algériens – algériennes du pays. Travaux : remise en état d'un jardin, nivellement de sol avec pioches, pelles et brouettes, rejointement d'un mur et initiation à la sculpture. Le chantier est très dynamique avec chants, rires, bonne humeur. Les liens d'amitié se tissent très rapidement avec les jeunes du pays et les adieux seront très difficiles en fin de semaine. Le but de l'association algérienne est l'initiation à la vie professionnelle et la formation à la citoyenneté.
1900 km en bus Direction le grand sud en 2 étapes : Ghardaïa, capitale du M'Zab, et ensuite Tamanrasset. A Ghardaïa, nous prenons le petit déjeuner à l'évêché chez Mgr Claude Rault. Nous sommes séduits parson accueil, sa simplicité et la profondeur de ses paroles. Il nous dira notamment : Je dois beaucoup à l'Algérie au niveau de ma vie spirituelle. Ici, la vie n'est pas déstructurée. Ici il y a une vie sociale, une vie calme. J'ai partout des amis algériens... Seconde étape : Tamanrasset, la grande ville du sud, capitale des Touaregs. C'est là que va démarrer notre méharée. 6 jours de méharée
Premier bivouac. Il y a avec nous, 19 chameaux pour nous accompagner et 7 Touaregs qui sont chameliers, guides cuisiniers. Premier éblouissement : la nuit étoilée accompagnée d'un silence que l'on ne rencontre que dans le désert... Sur notre carnet de bord, on peut lire : Quelle aventure que celle du désert ! Quelle beauté que cette nature créée par Dieu ! Je suis heureuse de porter dans ma prière et ma marche, tous ceux laissés en chemin en France, à Oran ou ailleurs. Merci pour cette aventure qui nous pousse en avant. Yallah !... Nous découvrons ce grand mystique du vingtième siècle, Charles de Foucauld ; nous marchons sur ses traces à l'Assekrem où vivent trois religieux « Petits frères de Jésus » puis à Tamanrasset avec son oratoire et le fort construit pour accueillir les 30 familles du village en cas de coup dur. Aujourd'hui, Tamanrasset compte 100 000 habitants. Après 3 jours de camping pour nous reposer de la méharée et refaire nos forces, nous reprenons l'avion pour Alger.
Dernière étape : Alger Nous sommes accueillis comme des « frères » à la maison provinciale des Pères Blancs. Nous sommes en ramadan, la vie esttransformée. Pierre se lance dans l'aventure, par solidarité pour les musulmans de notre groupe. Dans la chapelle des Pères Blancs, nous vivons ensemble une très belle célébration avec le geste du lavement des pieds qui nous invite au pardon, à la louange et au merci pour un Christ si proche de chacun de nous. Le dernier soir, Mgr Bader (arabe jordanien), nouvel archevêque d'Alger, vient partager le repas avec nous. Il définira son Eglise en disant : En Algérie, notre Eglise est grande par la dimension de sa mission... Merci Seigneur pour cette Eglise qui est passée de l'Eglise en Algérie à l'Eglise d'Algérie ! Merci Seigneur pour le peuple algérien qui n'aura jamais fini de nous surprendre et de nous bousculer.
père Félix Piron
----
Prochain chantier avec l'association « osons la Solidarité » et les Fils de la Charité: la Syrie en août 2011.
---- Cet article est extrait de la revue ["Eglise dans l’Aube"->art961]. Parution mensuelle. [Abonnement 25 € ->doc1326] Rédaction & Administration : "La revue Catholique" 10 rue de l’Isle 10000 Troyes - Contact: [►courriel->revuediocese@catholique-troyes.cef.fr] ----