« Ta Parole, une lumière sur ma route » Psaume 119,1085 La Parole de Dieu | Diocèse de Troyes

« Ta Parole, une lumière sur ma route » Psaume 119,1085 La Parole de Dieu

La Parole de Dieu dans notre vie personnelle La Parole de Dieu, c’est Dieu lui-même qui nous parle aujourd’hui : le Père, le Fils et l’Esprit qui viennent à nous, au plus profond de notre être pour nous éclairer, nous nourrir, nous fortifier au quotidien et aussi… nous pacifier et nous combler. • A nous donc d’être imprégnés de Sa Parole, de nous en nourrir dans l’Eucharistie, dans nos lectures, notre prière, les partages avec d’autres croyants notamment en équipe d’aumônerie. C’est ainsi qu’elle pourra se dire spontanément dans notre comportement. • A nous de porter chaque jour dans la prière les visages rencontrés, les vies et les paroles partagées, les questionnements, les angoisses, les révoltes ou les espoirs de chacun : les déposer aux pieds du Seigneur comme les 4 porteurs qui ont ouvert le toit pour déposer le paralysé devant Jésus. • A nous donc d’être réceptifs pour entendre, décrypter, en celui, celle que nous visitons ce mystère de la Parole incarnée dans un être souffrant en attente, en questionnement, et où l’Esprit nous donne rendez-vous ! Parole incarnée, Esprit qui veut vivre aussi en nous pour se communiquer et permettre à Jésus de continuer à révéler l’Amour infini du Père pour les malades d’aujourd’hui, ses préférés dont il dit : « ces petits qui sont nos frères ». • A nous donc d’être attentifs à sa Parole qui, par l’Eglise, nous confie la mission au service et à l’écoute des malades et de leurs familles, Corps souffrant du Christ. C’est toute l’importance de relire la Parole en équipe d’aumônerie, chaque mois. Parole de Dieu et ministère auprès des malades et de leur famille La Parole de Dieu, c’est Jésus qui parle au coeur du malade ou de son proche et veut aujourd’hui guérir, éclairer, fortifier. Bien des fois, la Parole de Dieu surgit lors d’échange avec l’un ou l’autre membre de la famille abordant les problèmes de la souffrance et de la fin ultime : d’où l’importance d’être comme en état d’union permanente à la Parole afin que ce ne soit pas notre parole, mais la Sienne qui rejoigne l’esprit et le coeur, au moment voulu et opportun. « Cette parole que vous m’avez dite hier, c’était comme la première fois que je l’entendais : elle m’a touché le coeur » confiait une malade à qui la veille l’un de nous avait porté la communion et à qui il avait dit « Celui qui m’aime, mon Père l’aimera, nous viendrons à lui et nous ferons chez lui notre demeure »). D’autres moments sont favorables à l’échange : – les moments de la Prière avec le malade. – quand on lit une Parole de Dieu, ou quand on prie le Notre Père ou Je vous salue (qui sont tirées de la Bible). – la célébration des sacrements (Eucharistie, réconciliation, onction des malades) qui sont des moments privilégiés de la présence du Christ près du malade ou de sa famille. – la préparation et célébration des obsèques, un autre moment fort où le Christ rejoint dans sa tendresse des personnes dans la peine. La Parole de Dieu… Le premier lieu de sa Parole c’est ce malade. C’est pour nous, écouter ce que nous dit, ce que nous signifie cette personne, entrer en contact, en « empathie », en « compassion » comme lui Jésus, voyant la foule eut « pitié » d’elle. C’est tout en même temps lui Jésus, Parole de Dieu, qui est là dans et avec ce patient. Peut-être aurons-nous le bonheur d’entendre le malade nous dire sa foi, sa confiance en Dieu…et cela nous confortera dans notre propre foi, cela pourra aller jusqu’à la prière, jusqu’à la célébration d’un sacrement…tant mieux ! Mais même s’il n’en dit rien, Dieu est présent ! « Je crois Seigneur, mais augmente en moi la foi ». Les aumôniers des Hauts-Clos

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires