Scrutins | Diocèse de Troyes

Scrutins

La célébration des scrutins, normalement au cours des 3e, 4e et 5e dimanches de Carême, est l'une de ces étapes importantes pour toute la vie ecclésiale mais qu'est-ce à dire?
Au cours des dernières semaines avant le baptême, la préparation des futurs baptisés devient plus liturgique que catéchétique.

Le scrutin se présente comme une épreuve de vérification ultime. La vie est pleine d’obstacles à la foi. Peut-être même que certains futurs baptisés traversent une période de doute ou d’hésitation.

Le scrutin veut les aider, les soutenir dans leur démarche. C’est aussi l'occasion de vérifier et de renforcer leur engagement. On parle ici d'«exorcisme». Ne nous méprenons pas. Il ne s’agit pas de ce rituel exercé sur des «possédés du Malin», comme on en rencontre dans certains films d’horreur.
La vie chrétienne comporte des périodes de combat plus ou moins intenses contre le mal.

Le scrutin prépare les futurs chrétiens; il est un exercice ’d'entraînement. Les futurs baptisés sont appelés à une continuelle conversion d’eux-mêmes au Christ qu’ils veulent suivre.

«Les scrutins, que l’on célèbre solennellement le dimanche, sont accomplis au moyen des exorcismes. Ils ont ce double but: faire apparaître dans le cœur de ceux qui sont appelés ce qu’il y a de faible, de malade et de mauvais, pour le guérir, et ce qu’il y a de bien, de bon et de saint, pour l’affermir. Ils sont donc faits pour purifier les cœurs et les intelligences, fortifier contre les tentations, convertir les intentions, stimuler les volontés, afin que les catéchumènes s’attachent plus profondément au Christ et poursuivent leur effort pour aimer Dieu. Ils donnent aux futurs baptisés la force du Christ, qui est, pour eux, le Chemin, la Vérité et la Vie.» (Rituel de l’initiation chrétienne des adultes, p. 99)

Les scrutins sont l’occasion pour les futurs baptisés de rencontrer la communauté chrétienne dans son rassemblement dominical. Ils permettent ainsi à celle-ci de prendre contact avec de nouveaux frères et de nouvelles sœurs. Et de se soutenir mutuellement dans la prière.
Les «appelés» sont mis en contact avec l’Église dans sa réalité bien concrète de communauté locale. Celle-ci assume tout aussi concrètement sa responsabilité auprès de ceux et celles qui se préparent au baptême. Bref, nous sommes en présence d’un événement de grande importance dans la vie ecclésiale, un événement de salut, sur la route vers Pâques. (Rubrique Repères inXL6 - 28/02/2008)

3ème dimanche de carême : Jésus rencontre la samaritaine.

Les catéchumènes appelés vivent le 1er scrutin. Ce mot « scrutin » évoque aujourd’hui le bulletin que l’on dépose dans l’urne. Pour nous, il fait penser au psaume qui dit « scrute-moi et connais mon cœur. » Nous scrutons l’évangile et nous scrutons aussi notre vie pour voir si elle est au diapason de cet évangile. Déjà avec les appelés, les communautés chrétiennes méditent sur le baptême qui sera célébré lors de la veillé pascale et ils découvrent que Jésus est l’eau vive. Les communautés peuvent aussi se reconnaître dans la samaritaine qui dans un premier temps se pose des questions puis ensuite devient missionnaire.

4ème dimanche de carême : la guérison de l’aveugle-né.

Les catéchumènes appelés vivent le 2ème scrutin et continuent, comme par anticipation, leur méditation sur le baptême. Ils découvrent que Jésus est la lumière. L’aveugle-né qui peu à peu chemine vers la profession de foi les guide dans la relecture de leur propre parcours : au verset 12 l’aveugle dit qu’il ne sait pas, au verset 17 il avance que « c’est un prophète », et enfin au verset 38 il confesse sa foi : « je crois, Seigneur ». En cette année pastorale qui a pour thème « Des communautés chrétiennes qui confessent la foi aujourd’hui », nous relisons notre propre cheminement de croyant.

5ème dimanche de carême : la résurrection de Lazare.

Les catéchumènes appelés vivent le 3ème scrutin. Dans leur méditation, ils découvrent que Jésus est la vie et espèrent le baptême comme geste de vie, comme geste de salut. Dans le récit chaque personnage vit un changement (le mort lui-même bouge) et nous interroge sur les transformations que la foi réalise en nous. Les mouvements sont comme des questions posées : qu’est-ce que la foi met en mouvement ? Avec les catéchumènes, nous cherchons ce que la foi nous fait vivre...

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires