Billet spirituel | Diocèse de Troyes

Billet spirituel

C’est vrai qu’elle fût belle notre vigne cette année, belle surtout pour ceux qui admirent ses pampres vertigineux, cachant les blessures du vieux mur de la maison. Des fruits, il y en eut peu mais il n’est pas facile de produire à la fois le paraître et l’être. En cet fin de saison, pluie et vent ont achevé de dépouiller le fier cep de ses ornements estivaux. C’est alors que je viens seulement de découvrir un nid bien assis sur des entrelacs de branches ; une demeure de vie qu’un couple de merles, pour une fois discret, avait bâti à l’abri des regards curieux ou malveillants. Des petits y sont éclos, ont grandi et se sont envolés pour aller chanter ailleurs. Une histoire de vie qui peut se dérouler tranquille parce que j’avais méprisé cet arbre, à mes yeux stérile. La vigne a donné asile à d’autres fruits que je ne soupçonnais pas. Jésus nous dit : «Je suis la vigne, la véritable, et vous les sarments. Celui qui demeure en moi portera beaucoup de fruits.» Jean 15,1. Jésus ne précise pas lesquels. Nous nous lamentons souvent à la pensée que notre vie fut stérile. Je m’en vais sans enfants ; nos enfants ne répondent pas à nos espérances ; mon travail ne me convient pas ; il ne correspond pas à mes compétences ; ma paroisse se désagrège… Attendons l’automne. Toute vie humaine a bien abrité secrètement quelque nid d’où se sont envolées des créatures du Bon Dieu qui sont allées chanter plus loin. Tu les as accueillies, protégées sans le savoir, tu as été leur piste d’envol, piste indispensable. Les fruits ne sont pas souvent ceux que l’on attend ni là où on les attend. Dieu se cache dans les vignes pour y déposer à notre insu ses semences de vie. N’oublie pas de chanter Alléluia le jour où tu t’apercevras qu’il y eut un nid dans ton coeur. Michel Gatouillat, prêtre

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires