Retour d'un village burkinabe | Diocèse de Troyes

Retour d'un village burkinabe

Néibéogo, (bonjour en Mooré pour les novices) Comme promis dans notre dernier mail, nous vous donnons des nouvelles fraiches (eh oui, aujourd'hui, enfin, il fait moins chaud). Nous sommes donc partis mercredi dernier avec notre véhicule tout terrain (le super J5), à 11 personnes (eh oui en effet, Timothée, notre contact depuis plusieurs mois, est enfin rentré de vacances pour nous rejoindre). Après avoir rassemblé les troupes, nous démarrons enfin : direction Sourgoubila (30 km de Ouaga), dans la brousse. Le voyage se passe sans encombre, malgré des trous et des bosses sur la piste qui nous conduit au village. Arrivée vers midi trente, où un comité d'accueil nous attend. Nous partageons l'eau dans la calebasse (rituel d'accueil ici) et faisons connaissance des membres de la communauté paroissiale du village qui nous offre notre premier cadeau... 4 poules (vivantes bien sûr...). Puis, on nous emmène rencontrer les autorités : d'abord le chef à qui nous remettons la cola (cadeau d'amitié), il nous accueille chaleureusement avec l'eau et cette fois-ci ce ne sont plus des poules mais (à vous de deviner : celui qui trouvera la réponse recevra le cadeau en question !!!! Hi hi hi hi). Ensuite, l'orage éclate brusquement et c'est sous la pluie que nous rejoignons la mairie puis la préfecture (là pas de cadeau... on s'attendait à avoir un cochon : 1er indice concernant le 2e cadeau). Visite du dispensaire où nous nous rendons compte des conditions insalubres dans lesquelles sont soignés les patients. Installation de notre campement : certains dans une salle , d'autres dans une maison de terre et enfin certains dans la sacristie de l'église (les jeunes voulaient être plus proches de notre Seigneur ou plus loin des bestioles à vous de décider ! hihi). Découverte des sanitaires : enfin des trous (un pour la douche et un pour les WC et tout ça en plein air ; certains cherchaient en vain le robinet et la pomme de douche) un avantage certain : prendre sa douche à la belle étoile. Mais certains étant réticents à prendre leur douche dans ces conditions, ont décidé de se laver sous la chanlate de l'église (puisqu'il pleuvait). Lendemain : découverte des travaux à faire dans les salles du collège. Ouh la la, les plafonds sont dans un état lamentable et une odeur insupportable de fientes de chauve-souris nous a accompagnés pendant toute la durée des travaux. Mais nous avons accompli notre mission quand même, avec l'aide de quelques habitants du village. 3 grandes salles ont ainsi été refaites. Deux personnes en particulier ont pris soin de nous pendant ces 5 jours : Roger, le catéchiste à l'affût du moindre de nos besoins de confort ou de nourriture et Marcel, le major/infirmier du dispensaire. Nous nous sommes rendu compte des difficultés que rencontrent les gens en brousse : l'eau à aller chercher et à pomper en pleine chaleur à plusieurs km en est un exemple, manque d'électricité, ils ne vivent que de ce qu'ils cultivent (mil, maïs, arachides,...). Notre dernier jour passé au village, fut l'occasion d'assister à la messe à.... 8 h du matin...!!!! (ambiance rythmée, exceptionnelle) à une remise de cadeaux (Hi hi hi, encore me direz-vous !) à des danses et musiques traditionnelles en notre honneur. Nous sommes rentrés aujourd'hui, comme nous étions arrivés, sous la pluie (et c'est tant mieux....) Nous retrouvons le confort de la ville, mais nous ne regrettons pas cette expérience au contact de la population et de la nature (bien au contraire : certains auraient bien aimé prolonger ce séjour au village). Mais le tourisme nous attend dès demain matin. Attendons réponse concernant notre énigme sur l'objet du cadeau. Affaire à suivre .... Féfé, Jim et Isa au nom de toute l'équipe M.R.J.C.

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires