Amitié sans visage | Diocèse de Troyes

Amitié sans visage

Correspondance avec une personne détenue qui souhaite sortir de son isolement, pour être écoutée en tant qu’être humain ---- Après avoir été désignée juré à une session de la Cour d’assises de Troyes, j’ai cherché à vivre une relation fraternelle avec une personne détenue ; c’est ainsi que j’ai rejoint l’équipe départementale d’ «Amitié sans visage». J’ai eu plusieurs correspondants successifs qui vivent très souvent une coupure avec leur famille, leurs relations : «J’aimerais tant savoir si mes enfants vont bien, s’ils travaillent bien à l’école, ce qu’ils font…» «Ma maman est âgée et malade, je ne lui ai pas encore dit que j’étais ici » Ils peuvent partager leurs espoirs, leurs activités… «Je suis des cours par correspondance pour obtenir un diplôme» «Je travaille à l’atelier, mais en ce moment il n’y a pas de travail et c’est diffficile pécuniairement » «C’est avec grand plaisir que je reçois votre courrier, donc voilà quelque chose de neuf dans ma vie et ça me rend heureux de pouvoir enfin partager des choses» Il s’agit tout simplement d’accueillir sans juger, d’encourager à envisager l’avenir… à exprimer questions, difficultés, mais aussi espoirs. Ils apprécient ce que je leur raconte de la vie quotidienne toute simple, c’est la vie qui arrive à eux autrement que par la télé : un brin de muguet, une feuille de chêne aux couleurs d’automne avaient permis à l’un de me raconter avec nostalgie son travail précédent dans les bois… ce qui fait la vie d’une famille, d’une grand-mère avec ses petits enfants…une carte dans des moments plus difficiles à vivre (Noël, anniversaire) Pour moi c’est toujours émouvant de recevoir un courrier ; c’est souvent une leçon de courage, de confiance dans la vie, au-delà des tempêtes, de patience (compter les jours qui séparent de la sortie) Une lettre tous les 15 jours (environ, on se met d’accord sur le rythme) ce n’est pas grand chose et pour celui qui la reçoit, c’est tellement important. C’est vraiment un échange «gratuit», en dehors de ce qui a été vécu auparavant… Qui leur donne à espérer… à croire à un possible, ailleurs, autrement ; à inventer, bâtir avec leurs ressources humaines qu’ils n’ont peut-être pas encore mis en oeuvre ! Une correspondante d’Amitié sans visage de l’Aube ---- Retour au dossier : [cliquer ici->http://catholique-troyes.cef.fr/spip/spip.php?article1257] ----

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires