Le congrès eucharistique international | Diocèse de Troyes

Le congrès eucharistique international

En la fête du Corps et du Sang du Christ, une célébration aura lieu à la basilique Saint Urbain, sous la présidence du Père Marc Stenger, le dimanche 25 mai 2008, à 11h00. Les différentes paroisses du diocèse de Troyes qui souhaitent s’associer à cet événement diocésain et international pourront trouver quelques informations dans cet article et demander au Service diocésain de la Pastorale liturgique et sacramentelle 10, rue de l’Isle 10000 Troyes, des documents pour préparer en paroisse une célébration pour le 25 mai 2008, des idées de chants (en autre celui du congrès) et de prières. Qu’est-ce qu’un Congrès Eucharistique International ? C’est un rassemblement de l’Eglise universelle afin de célébrer Jésus vivant et présent dans l’Eucharistie, et, comme nous le rappelle le Concile Vatican II, «source et sommet de la vie chrétienne», sommet de l’évangélisation et centre de la vie de l’Eglise. Nous nous souvenons que le Pape Jean Paul II avait désigné la ville de Québec lors du dernier Congrès Eucharistique de Guadalajara (Mexique) pour organiser ce 49ème congrès. A Troyes, nous célébrerons «modestement» cet événement en nous unissant à tous les chrétiens de par le monde qui célèbrent l’Eucharistie. Un document consultable sur Internet (cei2008) nous donne des informations mais également des éléments de réflexion plus théologiques sur l’Eucharistie. Je voudrais en reprendre quelques uns . Tout d’abord, il nous est donné une réflexion sur les différentes dimensions de l’Eucharistie : • don de Dieu : ce que Dieu donne dans l’Eucharistie, ce n’est pas « une grâce », c’est lui même. «Prenez et mangez, ceci est mon corps » (Matthieu 26,26) «et qui mange ma chair demeure en moi et moi en lui » (Jean 6,56) dit Jésus. L’Eucharistie nous fait le don de ne faire qu’ «un» avec Jésus et avec Dieu. • action de grâce : le mot Eucharistie est la traduction d’un mot grec qui signifie «rendre grâce», car l’Eucharistie est le moment où nous reconnaissons que tout est donné, que le meilleur de notre vie nous vient gratuitement de Dieu par son Fils. • corps à bâtir : corps Eucharistique et corps mystique sont deux réalités intimement liées ; «Nous recevons le Corps du Christ pour bâtir son corps qui est l’Eglise» 1Corinthiens 12,12-30. • incarnation : le Fils de Dieu se fait homme pour que nous devenions fils et filles de Dieu, sous la mouvance de l’Esprit Saint. C’est l’Esprit qui construit notre être filial, qui nous rend capables de nous adresser à Dieu en l’appelant Père (Romains 8,15). • salut : la mort et la résurrection de Jésus entraînent définitivement la victoire sur le mal : «Par sa mort il a tué la haine» (Ephésiens 2,16) en acceptant de souffrir avec patience et amour (Romains 6,23) . Faisant mémoire, dans l’Eucharistie, de la mort et de la résurrection de Jésus, nous entrons dans l’expérience du Christ. Nous le laissons nous présenter au Père avec lui, nous le laissons associer nos réalités à son don, à sa mort… Nous le laissons nous entraîner dans sa vie de ressuscité. • résurrection : l’espérance de la résurrection à travers nos morts et nos souffrances physiques et morales est annoncée à chaque messe (1Corinthiens 11,26)… L’Eucharistie contribue à l’acceptation de ses limites, au lâcher prise pour s’en remettre à Dieu, sans toutefois abandonner ou fuir la réalité. • mission pour la vie du monde : l’Eucharistie est la source de la mission, de l’annonce au monde de la Bonne Nouvelle du salut. «Le pain que je donnerai, dit Jésus, c’est ma chair pour la vie du monde» (Jean 6,51)… loin de nous éloigner du concret de la vie, l’Eucharistie nous y renvoie. Elle crée l’obligation de faire preuve d’intention et de persévérance pour susciter la joie, la chaleur humaine et la vie. Vous trouverez également dans ce document internet : les différentes présences du Christ : – dans la constitution de l’assemblée – dans le ministre qui préside l’assemblée – dans la Parole : (Parole du seigneur à l’assemblée et parole de l’assemblée à son Seigneur). • dans le pain et le vin eucharistiques Un autre chapitre traite de l’adoration eucharistique : Le concile Vatican II a situé l’adoration eucharistique comme élément appartenant au culte eucharistique en dehors de la messe. Il en parle en terme de prolongement de l’action eucharistique pour aider les coeurs à entrer plus profondément dans le mystère de communion entre Dieu et son peuple… Dieu s’expose et nous nous exposons à lui…Toutefois le Concile met en garde contre une pratique qui isolerait l’adoration de la dynamique de la célébration… Christian Tribut Co-responsable du SDPLS ----- Cet article est extrait de la revue "Eglise dans l’Aube". Rédaction & Administration : "La revue Catholique" 10 rue de l’Isle 10000 Troyes tel 03 25 71 68 04 mail : revuediocese@catholique-troyes.cef.fr parution mensuelle Abonnement 25 €

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires