Quelle attitude adopter ? | Diocèse de Troyes

Quelle attitude adopter ?

La question posée par la présence des personnes demandeurs d'asile et sans papiers est un défi lancé à notre société française et encore à l'Europe, pour qui l'immigration demeure une chance. L'Eglise Catholique de France, assumant sa mission qui est d'accompagner tous les hommes, de servir l'unité du genre humain et d'annoncer l'Evangile, a dans un remarquable document épiscopal : «Quand l'étranger frappe à nos portes» donné quelques pistes de réflexion et d'action. Connaître les facteurs migratoires : Sachons dépasser les réflexions simplistes du genre : «on ne peut pas accueillir toute la misère du monde» et prendre en compte la complexité de la situation. Un premier constat s'impose : tant que des individus auront l'espoir de trouver une vie meilleure ailleurs, ils seront prêt à tenter l'aventure de la migration, malgré les difficultés. Regarder avec coeur et raison : La perception souvent fantasmatique du migrant cristallise les symptômes de l'insécurité et des angoisses. Sachons les dépasser en nous renseignant pour comprendre la réalité des choses. Tester notre aptitude à devenir humain La question des migrations renvoie à la question de l'humain. La rencontre de l'étranger nous conduit à revisiter notre vision de l'homme, de la différence, de l'aventure migratoire. Accueillir, en Dieu, ce chemin d'humanité Pour les chrétiens, l'approfondissement de l'expérience d'accueil de l'étranger passe par une réappropriation de l'expérience de Dieu accompagnant les hommes. Appel à agir Il est temps d'agir. Compte tenu de l'immense diversité des situations et du respect du chemin de chaque personne, l'action sera toujours le fruit d'une invention, d'une recherche et d'un discernement. Compte tenu aussi de la dureté et de la profondeur de ce qui est en jeu, la prière et le ressourcement spirituel et ecclésial seront des actions nécessaires à entreprendre. Il est vrai comme l'a dit Monsieur Rocard «la France ne peut accueillir toute la misère du monde», mais n'oublions pas la deuxième partie de sa phrase «mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part». Quelle est la «part» de cette misère qu'il est juste d'accueillir pour un pays comme le nôtre ? François Marguet ---- Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez accueilli Matthieu 25,35 [RETOUR->http://catholique-troyes.cef.fr/spip/spip.php?article697] ---- Cet article est extrait de la revue "Eglise dans l'Aube". Rédaction & Administration : "La revue Catholique" 10 rue de l'Isle 10000 Troyes tel 03 25 71 68 04 mail : revuediocese@catholique-troyes.cef.fr parution mensuelle Abonnement 25 €

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires