Du devoir de s'asseoir | Diocèse de Troyes

Du devoir de s'asseoir

Du devoir de s'asseoir...


Ce pommier, il a trop donné, il doit se reposer, c'est la nature...

Cette poule, elle a trop pondu, elle fera une bonne soupe, c'est la nature...

Cette terre, elle a trop porté, il faut l'hiverner, c'est la nature...

Ce routier qui a trop roulé embrasse le fossé, il oublie la nature...

Ce prédicateur qui néglige le cadran bien vite et endort les gens, il oublie la nature...

Cet écrivain qui presse trop les mots allumera le fagot, il oublie la nature...

Jésus passait la nuit à prier avant d'enfanter quelques paroles et ce qu'il dit est dit.

Saint Bernard écrivait à l'un de ses moines devenu pape: «arrête de courir et de

parler, retourne te rafraÎchir au puits de la parole.»


Nul n'est inépuisable. Sachons repétrir notre pain et remplir nos urnes, alors une fin

redevient commencement et un arrêt, départ.


Le cantique 2,3 le suggère: «A l'ombre du Bien Aimé, je me suis assise et son fruit

est devenu doux a mon palais.»

Alors peut-être, un prophète te dira: «Apporte-moi un morceau de ton pain» 1 Rois

17,11 et Jésus lui-même ajoutera: «Donne-moi à boire» Jean 4,7.


La plume fatiguée trouvera bien quelque main jeune pour la ramasser et je crois que c'est sagesse d'universalité.


Père Michel Gatouillat


---- Cet article est extrait de la revue "Eglise dans l'Aube". Rédaction & Administration : "La revue Catholique" 10 rue de l'Isle 10000 Troyes tel 03 25 71 68 04 mail : revuediocese@catholique-troyes.cef.fr parution mensuelle Abonnement 25 €

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires