Marie | Diocèse de Troyes

Marie


Présence et confiance,

voilà ce qui caractérise Marie

et sa prière.



Présence : être là, toujours là quand il faut, toujours là où se jouent la vie et l'avenir des hommes, en particulier ceux des petits, des pauvres, des exclus. ... être là quand des hommes souffrent, quand ils désespèrent; être là quand ils luttent, quand ils aiment, quand ils se réjouissent, quand ils pleurent. Etre là en écoutant, en regardant, en entendant comme le Christ particulièrement attentif aux hommes lorsqu'ils partagent, lorsqu'ils s'entraident, lors­qu'ils s'aiment, partageant la joie des jeunes mariés, des parents, des enfants,

partageant la peine, les larmes de la veuve et de l'orphelin, partageant la souffrance, la révolte et l'espé­rance des malades, partageant la révolte des exclus. Tout l'Evangile parle de cette volonté de Dieu d'être proche, en son Fils, des hommes, de tous les hommes.



Confiance : Si le doute fait partie de la vie, de l'amour, de la foi, de la prière, la confiance en est inséparable et cela ne s'oppose pas ! Faire confiance, ce n'est pas tout admettre, tout accepter, tout croire par principe, parce que c'est écrit dans les livres, parce que c'est affir­mé dans les sermons... c'est faire appel à notre intelligence ... c'est faire jouer notre liberté ...,c'est accueillir ce qui nous est dit par l'autre, par le Christ pour le faire nôtre après l'avoir ré­fléchi, médité, mis en pratique ... c'est accepter de porter un regard bienveillant, positif sur nous-mêmes, sur les autres, sur le monde ... c'est faire grandir en nous et chez les autres les talents qui nous sont confiés ... c'est accepter de regarder l'autre comme quelqu'un dont on a beau­coup a recevoir et à qui on a beaucoup à don­ner... c'est accepter de recevoir cette confian­ce du Christ et des autres en se sachant soi-même assez limité, trop pêcheur, pour ne pas se contenter de regarder et de dénoncer le péché des autres ... en acceptant de recevoir le pardon et de le donner parce qu'il ne nous ap­partient pas : il est de Dieu, il vient de Dieu et comment ne pas accorder la joie du pardon aux autres quand nous en avons fait nous-mêmes l'expérience ... faire confiance, c'est parier sur le beau, le bon, le grand qu'il y a en chacun et qui vient de Dieu.



Présence et confiance, sans lesquelles il ne peut y voir aucune annonce de la Bonne Nou­velle pour les hommes d'aujourd'hui. Marie nous le dit aujourd'hui encore, elle qui dans la vie comme dans la prière fut effacée pour que le Christ, lui, puisse apparaître : elle, le oui de Dieu, elle n'a rien dit; elle n'a pas parlé; elle n'a écrit aucun livre; elle n'a pas fait parler d'elle; elle n'a laissé aucun testament ... Marie Mère de Dieu, voila son seul titre car le Christ est sa seule raison d'être...

Père Dominique Roy         

---- Cet article est extrait de la revue "Eglise dans l'Aube". Rédaction & Administration : "La revue Catholique" 10 rue de l'Isle 10000 Troyes tel 03 25 71 68 04 mail : revuediocese@catholique-troyes.cef.fr parution mensuelle Abonnement 25 €

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires