Hominem non habeo | Diocèse de Troyes

Hominem non habeo

Hominem non habeo Je n'ai personne... (Jean 5,7) Il y avait à Jérusalem une piscine miraculeuse. Quand l'eau bouillonnait, le premier malade qui s'y plongeait était guéri. Une foule bruyante s'y pressait donc. On se serait cru à Lourdes dans un pèlerinage italien. Or, il y avait là, dit le texte (Jean 5,5) un certain «humain» paralysé depuis 38 ans qui n'avait jamais réussi le plongeon sauveur. Tous avaient des brancardiers zélés sauf cet anonyme, l'homme de 38 ans à qui il en manquait deux, pour arriver au 40 de l'accomplissement. Cet humain, c'est chacun de nous, ce chacun qui n'arrivera jamais seul à réaliser sa destinée d'homme accompli. L'infirme dit en effet à Jésus : «Je n'ai pas d'humain pour m'aider à devenir un homme debout». Jésus voit que c'est vrai. A Cana, des serviteurs apportaient l'eau. A Capharnaüm quatre porteurs servaient le paralysé. A Betsaïde, un groupe guidait l'aveugle. Ici, personne. Alors, pour une fois, Jésus se montre le Fils de l'Homme, la tête du corps et il dit cette parole prophétique : «Lève-toi et marche !», en grec «égeiré», c'est-à-dire « Réveille-toi et tiens-toi debout». Curieux ! Marc emploiera le même mot pour dire la résurrection de Jésus : «Il fut réveillé et fut remis debout». Marc 16, 6 et 9. Une guérison, c'est déjà une résurrection ; c'est le passage du sommeil au réveil, des ténèbres à la lumière grâce à un Autre souvent aidé par d'autres. Vienne le jour où nul ne pourrait dire : «Je n'ai personne », alors l'eau salvatricebouillonnerait dans les coeurs. Père Michel Gatouillat. ---- Cet article est extrait de la revue "Eglise dans l'Aube". Rédaction & Administration : "La revue Catholique" 10 rue de l'Isle 10000 Troyes tel 03 25 71 68 04 mail : revuediocese@catholique-troyes.cef.fr parution mensuelle Abonnement 25 €

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires