Djibouti, rencontre avec Joël JOLLAIN | Diocèse de Troyes

Djibouti, rencontre avec Joël JOLLAIN

L'Église dans l'Aube : Joël, que représente l'Église de Djibouti ? Joël Jolain : Il est difficile d'obtenir des statistiques précises. Les informations données par l'Evêché de DJIBOUTI parlent d'environ 7000 catholiques dans ce pays sachant que 95 % d'entre eux sont étrangers et bien souvent de passage. Le groupe le plus important est constitué par des militaires et coopérants français. Il y a, à Djibouti, une base militaire française de presque 2600 soldats dont certains avec leur famille. D'autres catholiques viennent de pays d'Afrique, Madagascar, Congo-Kinshasa et autres pays francophones, attirés par une certaine stabilité, un état de paix et une meilleure rétribution. N'oublions pas les quelques Djiboutiens qui ont fréquenté des institutions chrétiennes et qui sont devenus chrétiens, mais peu il est vrai dans une société presque entièrement musulmane.




L'Église dans l'Aube :Que pouvez-vous nous dire en ce qui concerne les prêtres ? Joël Jolain : Il n'y a pas de prêtres djiboutiens ordonnés. Le diocèse de Djibouti compte 4 prêtres : 2 Italiens, 1 Colombien, 1 Congolais, sans oublier l'aumônier catholique aux armées françaises, sous la responsabilité de l'évêque de Djibouti, le Père Bertin, lui-même italien L'Église dans l'Aube : Où se réunissent les Chrétiens ? Joël Jolain : Les lieux de culte, outre la cathédrale de Djibouti, se trouvent là où il y a une présence missionnaire. L'Église dans l'Aube : Comment les chrétiens sont-ils perçus ? Joël Jolain : L'Église est bien acceptée et reconnue dans la mesure où tous ces prêtres et missionnaires, Missionnaires de la Charité, Soeurs Franciscaines, Soeurs de la Présentation, Soeurs et Pères de la Consolata, Frères des Ecoles Chrétiennes, oeuvrent avec dynamisme et efficacité dans ce pays où règne la plus grande pauvreté. L'Eglise catholique est particulièrement présente dans les domaines de l'enseignement, de la santé, sur des projets comme -entre autres- la lutte contre la sécheresse, l'aide aux enfants des rues, la création de pouponnières, de foyers sociaux pour les jeunes filles et les femmes, la santé pour les plus pauvres, en ville et en brousse, la création de centres d'alphabétisation (les centres L.E.C «Lire, Ecrire, Compter»), l'ouverture d'ateliers de formation professionnelle, de classes nouvelles.



Joël avec les frères des Écoles Chrétiennes
Illustration 1: Joël avec les frères des écoles chrétiennes









RETOUR PAGE PRÉCÉDENTE



L'Église dans l'Aube : Une Eglise Catholique reconnue donc comme telle ? Joël Jolain : Précisons que c'est à partir de 1982 que le Diocèse de Djibouti a officialisé avec l'état djiboutien sa présence dans le domaine de la santé à Obock, Tadjourah, Ali Sabieh, Arta, Djibouti. Une Église Catholique acceptée parce qu'elle est utile à la population et qu'elle intervient dans le plus grand respect de la religion du pays. Ce qui n'exclut cependant pas un certain partage des valeurs chrétiennes sur le respect de la personne, la propreté, la ponctualité, la solidarité, l'hygiène, le respect des cultures, notamment auprès des plus jeunes avec lesquels le contact a été particulièrement facile, avides qu'ils sont de parler de la France, de venir en France, dont ils ont une idée peut-être un peu idyllique... Propos recueillis par Danièle Durantel ---- Cet article est extrait de la revue "Eglise dans l'Aube". Rédaction & Administration : "La revue Catholique" 10 rue de l'Isle 10000 Troyes tel 03 25 71 68 04 mail : revuediocese@catholique-troyes.cef.fr parution mensuelle Abonnement 25 € [ RETOUR PAGE PRECEDENTE->http://catholique-troyes.cef.fr/spip/article.php3?idarticle=568]

Newsletter

Restez informés, inscrivez-vous à notre lettre mensuelle!

Partenaires